B) Apports de l'éxterieur

Les associations

Des associations existent pour venir en aide aux détenus, en leur proposant du soutien scolaire, morale, ou bien dans leur vie familiale. En effet, elles leur viennent en aide dans le but d'envisager une réinsertion. Certaines associations sont créées pour soutenir la famille du détenu. Les associations qui interviennent en prison sont très importantes. 

Génépi fait partie de ces associations. Génépi signifie groupement étudiant National d'enseignement aux personnes incarcérées, elle fut crée en 1976. Cette association se compose de 1 300 étudiants bénévoles dont l'activité est le partage de connaissances comme le soutient scolaire, des activités culturelles et socioéducatives. Toutes les semaines, ils pratiquent ces activités dans plus de 80 établissements pénitentiaires. Le GENEPI est une association a but non lucratif et qui n'a aucun lien avec la politique ou la religion. Il y a également l'association AUXILIA, qui offre un enseignement par correspondance aux détenus.

L'association appelée "Observatoire International des Prisons" permet aux détenus de ne pas subir une pression sociale. Cette association enseigne aux détenus les lois, leur fait connaître leurs droits dans le but qu‘ils se sentent égaux par rapport aux personnes libres. Ainsi, à leur sortie, ils ne se sentent pas inférieurs et cela leur permet de se défendre. Elle informe le mieux possible les détenus sur ce qui les attendent à leurs sorties.

L'association "Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation" aident les anciens détenus en essayant de maintenir les liens familiaux des personnes détenus. Toujours dans cette optique de réinsertion. Le responsable du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation s’engage à un suivi individuel des détenus, il met en place un dispositif de placement à l’extérieur et des actions culturelles. Elle participe également à la prévention du suicide et de ce qui pourrait mettre également l’établissement en danger.

Il existe d'autres associations qui ont un but autre que l'éducation ; par exemple l'association Nationale des visiteurs de prison qui est aussi une association à but non lucratif. Elle organise des rencontres avec les détenus et plus particulièrement ceux qui sont isolés, pour leur apporter du soutien et les aider. L'association CLIP qui s'occupe de l'initiation et la formation des détenus à l'informatique. Mais encore, l'association Courrier de Bovet qui apporte un soutient moral aux détenus par l'échange de correspondances. La Croix rouge française qui occupe diverse secteurs d'activités comme l'éducation, le soutien à la personne et aux familles des détenus. L'association ARAPEJ est une association qui aide à la réflexion des détenus en prison. L'association Nationale des Intervenants en toxicomanie qui favorise les échanges et la réflexion sur la toxicomanie, elle mene un travail important avec le milieu pénitentiaire. Ces associations ne sont pas les seuls à apporter leurs aides, il en existe donc plusieurs qui peuvent avoir des but différents mais qui ont tous pour objectifs de porter assistance aux détenus, familles ou amis de détenus et pour la plupart des associations de préparer le détenu à sa sortie. 

En plus de ces associations, des conseillers d'insertion ainsi que des conseillers de probation sont présents pour les guider pendant mais aussi après la détention. Des prêtres interviennent en prison. Les aumôniers fixent des jours et heures d'office. Des religieuses interviennent dans les établissements pénitentiaires pour femmes, en tant que bibliothécaires, assistances sociales, infirmières... 

 

La famille 

Le maintien des liens familiaux ainsi que le soutien des proches sont essentiels pour le détenu et pour sa bonne réinsertion. Il ya des associations, comme par exemple l'association carrefour prison, qui offre un soutien aux familles des détenus et qui n'a pas aucun but lucratif. Elle accompagne les enfants dans leur relation avec leur parent détenu.  Les familles peuvent donc être aussi suivies psychologiquement, ce qui peut les aider à garder les liens avec le détenu ou bien rester fort moralement. La radio beur FM fait passé des messages aux détenus, le vendredi de 0h00 à 2h00, de la part de leurs familles ou amis pour leur apporter de l'espoir et du soutien.

La correspondance par lettres contribue également à une bonne réinsertion, garder un lien avec le monde extérieur aide beaucoup le détenu étant exclu de la société temporairement. Les visites sont très importantes pour le détenu. En principe, pour une personne qui n'est pas encore condamnée 3 visites par semaine sont possibles et pour une personne condamnée une seule est possible. Les visites sont possibles selon la distance géographique et les moyens financiers de la famille. Il n'est pas autorisé d'écrire, dessiner, de s'embrasser, de manger, boire, au parloir. Une trentaine d'unité familiale sont en fonctionnement dans une dizaine d'établissements pour peine. Ces petits appartements aménagés permettent à des personnes condamnées à de longues peines, qui ne bénéficient pas de permission de sortir, de recevoir pour une durée pouvant aller jusqu'à 72 heures, plusieurs membres de leurs familles.

 

 2428849785-1-2.jpg

Blog de la prison-2-france

 

L'association Enjeux d'Enfant par exemple, propose d'aider à la relation entre le détenu et l'enfant. C'est une association gratuite. Elle organise des actions qui visent à informer et sensibiliser à propos des incidences que peuvent avoir l'incarcération la famille. Elle accompagne et soutien le détenu ainsi que l'enfant, et favorise les conditions d'accueils des enfants dans les établissements pénitentiaires. Grâce à ça les enfants et les détenus gardent des relations même séparés.  Elle propose des rencontres adaptées avec le parent incarcéré, l'organisation des trajets de l'enfant et de son hébergement, des "photos de familles" proposées aux enfants et à leur parent lors de la rencontre au parloir,  des aménagements de parloirs, des ateliers et des actions à l'extérieur.


 

photo-parloir.jpg

Www.enjeuxdenfants.org

 

Le travail

 Dans le cadre d'une mesure de semi liberté ou de placement sous surveillance électronique, il existe une autre façon de travailler ; le travail à l'extérieur de la prison. Le placement à l'extérieur est un aménagement de peine sous écrou, qui autorise le détenu à quitter l'établissement pénitentiaire afin d'exercer une activité professionnelle ou une formation. Dans ce cas, le détenu peut sortir de la prison tout en purgeant sa peine, et donc en payant son acte. Il peut travailler pour un employeur privé ou public. Il doit respecter les horaires sinon il peut être considéré comme en évasion. Pour les détenus le travail est un moyen d'échapper à la vie monotone même si les taches effectuées sont souvent ennuyeuses et répétitives. En cas de mauvaise conduite le détenu peut se faire retirer le placement à l'extérieur et peut être réincarcéré. Le travail à l'extérieur de la prison est une chance et il ne faut pas risquer de la perdre. Encore une fois il vise la réinsertion et lutte contre la récidive.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×